Pourquoi choisir un radiateur basse température ?

Pourquoi choisir un radiateur basse température ?

3 March 2021 Non classé 0

Les systèmes à basse température sont la voie vers laquelle se dirigent tous les systèmes de chauffage domestique. C’est ce qu’il faut si nous voulons installer davantage de pompes à chaleur, mais cela présente aussi d’énormes avantages pour les installations de chaudières à gaz et ouvre la voie à d’autres sources plus propres. C’est pour cela que thermostat-connecte.eu vous propose son guide : Pourquoi choisir un radiateur basse température ?

Qu’entend-on par “système de chauffage à basse température” ?

Nous ne voulons pas dire que la propriété est froide, mais simplement qu’une température confortable est atteinte tout en ayant un système de chauffage relativement froid. Ainsi, plutôt que d’avoir des radiateurs à 70°c, vos radiateurs pourraient être de 25°c à 50°c tout en offrant un confort et même en l’améliorant. Les systèmes de chauffage à basse température sont généralement ceux qui ne dépassent pas 35-55°c pour le chauffage des locaux. C’est tout à fait possible pour la plupart des systèmes de chauffage britanniques à l’heure actuelle, mais pour cet article nous faisons référence aux avantages de faire fonctionner tout système à une température inférieure à celle qu’il a actuellement.

Il est toutefois important de noter que ces systèmes devraient également, dans l’idéal, avoir des températures basses au sein de votre source de chaleur. Ces deux éléments ne vont pas nécessairement de pair.

Il y a trois façons d’obtenir un système de chauffage à basse température. Augmenter la taille des émetteurs (radiateurs), augmenter l’isolation et contrôler les basses températures. Tous ces éléments fonctionneront individuellement, mais la meilleure façon d’obtenir une température aussi basse que possible et de bénéficier de tous les attributs ci-dessous est de les mettre en œuvre ensemble.

Cependant, la partie la plus importante et la plus facile est de mettre en place et d’utiliser correctement les commandes modulantes telles que la compensation des conditions météorologiques ou la compensation de la charge. Vous obtiendrez ainsi un rendement maximal sur les avantages suivants.

Des taux de corrosion plus faibles

Une fois que votre système est en place et fonctionne, votre principale bataille est contre la corrosion. Celle-ci provient principalement des radiateurs qui déposent des saletés dans l’eau du système. Cela crée des problèmes tels que l’endommagement de la pompe et des vannes, l’entartrage de l’échangeur de chaleur principal dans le cas des chaudières à gaz, des problèmes d’équilibrage et la réduction de l’efficacité des émetteurs.

La corrosion est une réaction chimique. Comme pour toute réaction chimique, plus le produit chimique est chaud, plus la réaction est rapide. En effet, à mesure que la molécule chauffe, elle est excitée et vibre à une fréquence plus élevée. Cela augmente son “taux de collision” avec d’autres produits chimiques avec lesquels elle peut réagir, et augmente à son tour le taux de réaction chimique.

En fait, il existe une règle empirique selon laquelle le taux de corrosion d’un métal double pour chaque augmentation de 10°C de la température. Par exemple, si la vitesse de corrosion est de 10 mpa (mils par an) à 50°C, il faut s’attendre à ce qu’elle soit de 20 mpa à 60°C.

De nos jours, la plupart des systèmes fonctionnent à une température maximale de 80°c à l’aller et de 60°c au retour, ce qui n’entraîne même pas une diminution de la corrosion. En fait, le taux de corrosion dans un système à évent ouvert ne diminuera pas avant que la température d’écoulement n’atteigne près de 90°C, et jamais pour un système étanche.

La corrosion ne peut jamais être arrêtée, seulement ralentie, et c’est exactement ce que fait la minimisation des températures d’écoulement.

Moins de chocs thermiques pour le système


Tous les matériaux sont soumis à des contraintes thermiques, mais certains plus que d’autres. Dans les chaudières et les appareils de chauffage, on choisit des composants qui résistent à des températures élevées, mais le problème est de les refroidir et de les réchauffer.

Ce réchauffement et ce refroidissement répétés peuvent entraîner des fractures dans les matériaux. Surtout lorsque deux matériaux de caractéristiques thermiques différentes sont en contact en raison de leurs taux de dilatation différents. C’est l’une des raisons pour lesquelles certains ingénieurs aiment voir tout le laiton et le cuivre dans les chaudières, ainsi que le déni de la capacité à créer un composite capable de résister à la température au même degré.

Ce réchauffement et ce refroidissement peuvent également provoquer le dessèchement des composants mécaniques graissés, et la détérioration des joints en caoutchouc dans les joints et les soupapes. Vous pouvez remarquer des effets similaires dans d’autres matériaux laissés aux éléments extérieurs, en particulier le caoutchouc.

Bien entendu, les matériaux choisis sont moins sensibles à ces effets. Mais si vous fonctionnez à des températures plus basses et plus constantes, cela vous donnera encore plus de longévité avant que des réparations ne soient nécessaires, ce qui est une augmentation de l’efficacité en termes réels.

Mieux sur le vase d’expansion

Un vase d’expansion est ce qui absorbe la dilatation thermique de l’eau lorsqu’elle est chauffée. Ils ont une membrane interne en caoutchouc et sont remplis d’air, cet air s’épuise avec le temps.

En faisant fonctionner le refroidisseur du système, il y aura moins d’expansion de l’eau du système dans le vase et donc le vase fléchira moins. Cela signifie que la membrane durera plus longtemps avant de se rompre, et se déchargera aussi plus lentement. Maintenir le caoutchouc à une température plus stable et plus froide est également sain en raison du stress thermique mentionné ci-dessus.

Réduit la cavitation et protège la pompe du système

La cavitation est le processus par lequel votre pompe à chaleur fait effectivement bouillir l’eau du côté de son entrée en raison d’une faible pression. Cela entraîne un gaspillage d’énergie dans le fonctionnement de la pompe et une panne de la pompe qui entraîne une défaillance de la pompe ainsi que du bruit.

En réduisant la température de l’eau de chauffage, vous réduisez ce processus d’ébullition. Cette cavitation se produit également au niveau des raccords dans le système. En outre, lorsque vous modulez la chaudière, à condition d’avoir une pompe interne à la chaudière, vous pompez plus lentement, ce qui réduit encore la cavitation. Un article sur la cavitation suivra bientôt…

Un air plus propre et plus sûr dans la maison

Bien qu’on les appelle “radiateurs”, la plupart de la chaleur d’un radiateur est en fait de la chaleur convective et non pas rayonnante. En fait, on dit que 80% de la chaleur d’un radiateur est convective. En réalité, la proportion de chaleur rayonnante par rapport à la chaleur de convection dépend de la température du radiateur. Cette convection aspire l’air à travers le radiateur et fait circuler la chaleur dans la pièce en créant un courant de convection.

Lorsque l’air est aspiré à la surface du radiateur et à travers les ailettes de convection du radiateur (vous savez, cette zone pleine de poussière et de toiles d’araignée qui est rarement nettoyée), il peut envoyer une énorme quantité d’allergènes dans l’air.

Ces allergènes sont principalement constitués de peaux mortes, d’excréments d’acariens, d’acariens morts, de moisissures, de poils/peau/acariens d’animaux, etc. si des animaux de compagnie sont présents.

Le pire est l’excrément d’acarien de poussière ; cependant, environ 10 % de la population y est fortement allergique, ce qui provoque certaines des pires allergies et en particulier l’asthme infantile.

Le chauffage à haute température a également tendance à assécher l’air, ce qui peut aggraver les problèmes des personnes souffrant d’eczéma ou de problèmes respiratoires.

En abaissant même légèrement la température de l’émetteur, on modifie considérablement la méthode de transfert de la chaleur, qui passe de la convection à une chaleur plus radiante qui fixe l’air. Un point important, surtout si le ménage a une résidence vulnérable ou sensible aux allergènes.

Moins de pertes par les tuyaux dans les zones non chauffées


Le transfert de chaleur est créé par le DT (différentiel de température). Plus ce DT est large, plus le transfert de chaleur est efficace. Les tuyaux qui passent sous les planchers suspendus et les lofts, surtout s’ils sont chauds, produisent de la chaleur dans des zones qui n’en ont pas nécessairement besoin.

Bien qu’elles ne soient pas aussi efficaces que les tuyauteries isolantes, le fonctionnement de ces refroidisseurs a pour effet de réduire cette production de chaleur. De plus, si l’appareil est modulant, cela ralentit souvent la vitesse de la pompe. Cela réduit le débit et diminue encore le transfert de chaleur en raison d’un “flux laminaire” plus important. Encore un très petit gain, mais ils s’additionnent tous.

Moins de bruit/ grincement dans le système

Ce n’est pas un problème créé par les températures élevées, mais plutôt un manque de calorifugeage et de soin lors de l’installation. Mais si vous avez un système qui grince, il est fort probable que le grincement soit dû à la dilatation et à la contraction de longs tuyaux et de clips de radiateur.

Avec les systèmes à haute température, ces longs tuyaux se dilatent et se contractent continuellement, ce qui les fait frotter contre les planchers et les solives. En faisant fonctionner le système de manière plus régulière et plus froide, on minimisera ce mouvement.

Il en va de même pour les radiateurs qui cliquent lorsqu’ils se dilatent. Ils glissent le long des clips qui les maintiennent en place, ce qui provoque un “bruit de tic-tac”, et le fait de faire fonctionner le refroidisseur du système y contribue également.

Confort à température ambiante plus basse

Les systèmes à basse température sont plus confortables pour de nombreuses raisons, et il vous serait difficile de trouver quelqu’un qui vit avec un tel système et qui ne soit pas d’accord. Il y a 4 raisons principales à cela, la plus importante étant l’augmentation de la chaleur rayonnante.

La chaleur rayonnante

La chaleur rayonnante est une chose étrange. Elle n’a pas besoin d’un milieu pour se propager. C’est en fait la façon dont le soleil chauffe la terre à travers le vide de l’espace.

Il s’agit essentiellement d’une onde lumineuse (infrarouge). Elle se déplace en ligne droite et, une fois qu’elle atteint une surface, elle fait vibrer celle-ci à une fréquence similaire à celle de la source.

Le chauffage par rayonnement dans une pièce réchauffe les murs et les meubles, qui à leur tour rayonnent dans la pièce.

Si vous entrez dans une pièce où la température de l’air est basse, vous pouvez également rayonner vers l’extérieur, ce qui vous donne froid. En revanche, si le chauffage par rayonnement est plus important, les murs et les émetteurs irradient vers votre corps et vos vêtements, ce qui vous donne une sensation de chaleur plus forte que si vous n’avez pas ou peu de chaleur rayonnante.

Bien sûr, ces éléments égalisent une certaine quantité, mais ils sont remarquables et entraînent également une diminution de la sécheresse de l’air.

Un confort accru grâce à la réduction du gradient de chaleur dans la pièce et à la régularité de l’émission des émetteurs.

Un autre effet notable d’un chauffage à basse température dans la pièce est la réduction du gradient thermique. Lorsque la pièce est chauffée par un émetteur plus froid, une plus grande quantité de chaleur rayonnante est utilisée qui, comme nous l’avons mentionné, se déplace en ligne droite.

La lumière infrarouge rencontre et chauffe des surfaces dans la pièce, cette surface rayonne alors à nouveau dans la pièce. Le résultat est que la pièce chauffe plus uniformément.

Un radiateur avec plus de chaleur convective chauffera l’air à une température supérieure à la température de confort. Lorsque l’air se refroidit, il descend de l’autre côté de la pièce, et des objets comme les canapés et les lits peuvent perturber ce courant.

La nature du chauffage à haute température, marche/arrêt, est que le radiateur émet également des impulsions. La pièce dépassera la température ambiante sélectionnée, puis la dépassera moins avant que le chauffage ne se remette en marche.

Un système à basse température peut minimiser cet effet de surchauffe et de sous-chauffe, et même simplement faire correspondre l’apport de chaleur du système à la chaleur requise pour avoir une pièce confortable et stable.

Tout cela signifie que le confort peut être trouvé à des températures plus basses et que le fait de baisser la température se traduit directement par des économies de combustible.

Plus sûr

Les radiateurs à haute température et les tuyauteries exposées constituent clairement un risque pour les personnes vulnérables et même pour les moins vulnérables en cas d’incident.

Peu d’entartrage

L’entartrage des chaudières à gaz se produit lorsque le fer des radiateurs ou le calcaire de la conduite d’eau froide entrent en contact avec la surface chaude de la chaudière. Ils peuvent se solidifier et créer une couche isolante résistante qui peut être très difficile à enlever.

On dit que 1 mm de tartre entraîne une diminution de 5 % du rendement. Le plus inquiétant, c’est que la plupart des gens ne sont même pas conscients de cette baisse de rendement jusqu’à ce qu’ils rencontrent des problèmes qui peuvent survenir beaucoup plus tard.

Vous avez maintenant toutes les informations nécessaires sur les radiateurs basses températures, toute l’équipe de thermostat-connecte.eu reste à votre disposition dans l’espace commentaire du blog.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *